VINGT-QUATRE HEURES D’UNE FEMME SENSIBLE : Un roman épistolaire à redécouvrir

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 9 avril 2013

 

Roman épistolaire  

Constance de Salm

Paru en 2012 aux Editions Libretto, 130 pages

*

Couverture_24 heures d une femme sensible

Constance de Salm, Vingt-Quatre heures d’une femme sensible © Editions Libretto, 2012

*

.

.

.

.

.RÉSUMÉ

Confrontée à l’image obsédante de son amant disparaissant dans la calèche d’une autre beauté au sortir de l’Opéra, une femme tente de comprendre les mille émotions qui l’assaillent. Au cours d’une nuit d’insomnie et d’une journée perdue à guetter un signe de celui qui – semble-t-il – vient de la trahir, elle ne trouve d’autre consolation que de lui écrire. Quarante-six lettres pour dire vingt-quatre heures de fièvre, de doutes et de désespoir…

Source : Editions Libretto

.

.

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR  

Première femme en France à entrer au lycée, la princesse Constance de Salm (1767-1845) marqua son époque à la fois par son écriture et par son militantisme moderne. Alors qu’au lendemain de la Révolution française, de nouvelles formes de misogynie apparaissaient, l’écrivain défendit avec ferveur l’accès des femmes à la culture et leur droit à l’expression littéraire et politique. Son seul roman, Vingt-Quatre heures d’une femme sensible, lui valut un succès considérable, qu’on attribua à la finesse avec laquelle elle avait « [su] peindre les sentiments de son sexe *».

Roman épistolaire qui se propose en quarante-six lettres de passer en revue tous les tourments d’ « une âme ardente et sensible » en proie aux affres de la jalousie, Vingt-Quatre heures d’une femme sensible se distingue par son cadre temporel très court. En une seule journée, d’un mercredi à une heure du matin au lendemain jeudi à la même heure, l’héroïne glisse du soupçon à la colère, s’émeut, s’inquiète, s’exaspère de ne pas comprendre les raisons qui ont poussé son amant à monter dans la calèche de Mme de B***. Les observations psychologiques sont d’une grande justesse et chacun se reconnaîtra dans ce tableau subtil des mouvements les plus secrets d’un coeur torturé par le doute et l’attente. Les temps ont changé, mais c’est bien la même fébrilité qui pousse cette jeune femme d’autrefois à envoyer Charles, son serviteur le plus dévoué, porter à pied ses messages et qui anime les amants d’aujourd’hui, lorsqu’ils tapotent des textos d’amour sur leur téléphone.

Ecrit dans une langue d’une grande élégance, Vingt-Quatre heures d’une femme sensible alterne, au gré des passions qui brûlent tour à tour l’héroïne, les lettres enflammées, raisonneuses et les billets lapidaires. Il ne faut pas hésiter à redécouvrir cette oeuvre sensible, qui inspira manifestement l’écrivain autrichien Stefan Zweig dans l’écriture de son célèbre roman, Vingt-Quatre heures de la vie d’une femme.                                               

Odile d’Harnois

.

.

.

.

.

* Revue encyclopédique ou Analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans les sciences, les arts industriels, la littérature et les beaux-arts, par une réunion des membres de l’Institut et d’autres hommes de lettres, tome XXII, avril 1824, p.458-459.

8 comments

Répondre barbaragarciacarpi
15 avril 2013

Envie de le voir. Bonne soirée!

Répondre Lectures au Coeur
17 avril 2013

Aisé à lire, ce roman de Constance de Salm, écrivain français du XIXe siècle, nous propulse dans les méandres sensibles du coeur féminin.
Très bonne lecture !

Répondre travel739132
10 avril 2013

je vais l’ajouter à ma playlist

Répondre Lectures au Coeur
11 avril 2013

Merci et très belle journée !

Répondre Arielle
9 avril 2013

Envie de découvrir ces lettres !!!

Répondre Lectures au Coeur
10 avril 2013

🙂

Répondre laboucheaoreille
9 avril 2013

J’avais lu ce roman et je l’avais assez aimé, mais j’avais trouvé que l’héroïne changeait un peu trop souvent d’humeurs en l’espace de seulement vingt-quatre heures ! Du coup, ça ne m’avait pas semblé très crédible.

Répondre Lectures au Coeur
10 avril 2013

Oui, c’est tout à fait cela : une tempête intérieure qui assaille d’émotions contradictoires une jeune femme jalouse et très inquiète de perdre l’amour de sa vie.
Le laps de temps très court de ce récit peut, vous avez raison, renforcer cette impression que tout cela n’est guère crédible. Cependant, lorsqu’on pense à ce qui nous arrive quelquefois en une seule après-midi, par combien d’humeurs différentes passons-nous en seulement quelques heures ?
Très belle journée et un grand merci à vous pour votre visite sur Lectures au Coeur !

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :