UN JOUR, UN POÈTE : Silvia Baron Supervielle

In: Un jour un poète

On: 15 mars 2018

Photographie © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

.

ici l’heure

.

ici l’heure

ne garde

ni n’égare

.

ici l’herbe

se repose

des ruines

.

.

.

que j’arrive

ou que je

parte

.

rien ne se

modifie

.

ne change 

l’éternité

.

.

.

de l’invisible

maître

du désert

.

je suis

l’inassouvi

désir

.

.

.

j’ai prononcé

la syllabe

de ton nom

.

j’ai ressenti

les lueurs

de tes yeux

.

j’ai reconnu

l’éclipse

de ta face

.

.

.

sans relâche

je dresse

un échafaudage

.

dont la planche

s’effondre

après le pas

.

.

.

j’ai abandonné

ma langue

et j’ai marché

longtemps

.

même le rythme

de mon pas

je le quittais

.

même le son

de mon silence

je le perdis

.

.

.

même à moi

revenue

je reste

partie

.

——— 

Silvia Baron Supervielle (Buenos Aires, 1934) – ici l’heure in Après le pas (1997)

.

.

.

Photographie © Odile d'Harnois

.

.

.

—————–

Pour en savoir plus

.

.

.

.

Silvia Baron Supervielle (Buenos Aires, 1934)

Images may be subject to copyright

.

.

.

❖ Née en 1934 à Buenos Aires, Argentine, où elle a commencé à écrire des poèmes et des nouvelles en espagnol, sa langue maternelle. En 1961, elle arrive en France et prolonge son séjour à Paris. Après quelques années de silence, elle reprend ses écrits directement en français.  (…)

Lire la suite sur le site des Éditions Arfuyen 

.

.

 Chant d’amour et de séparation par Silvia Baron Supervielle, Éditions Gallimard, Collection Blanche, 2017

.

.

❖ À propos du Chant d’amour et de séparation (2017) : 

• Marc Sagaert     Les traversées de Silvia Baron Supervielle Les Lettres françaises

 

.

.

.

1 comments

Répondre Caroline D.
15 mars 2018

après ce long silence
un poème qu’on croirait
venu tout droit de vous…

merci, Odile

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :