UN JOUR, UN POÈTE : Philippe Jones

In: Un jour un poète

On: 14 janvier 2019

Photographie © Odile d'Harnois

un arbre prend racine et se pointe l’idée

.

cette option est un choix

non duel accord

.

..la graine qui fait l’arbre au soleil se mûrit, et le mot vient

armer tout neurone aux aguets

.

un arbre est droit ou courbe selon le poids de l’œil

.

.. tant qu’un arbre sera, tout souffle est accueilli ; tant qu’un

bourgeon se gonfle, l’espoir est en chemin

.

le verbe doit briser

la stridence des villes

.

un arbre s’enracine et se forge l’image

.

—————————————————————-

Philippe Jones (1924-2016) – un arbre prend racine  in L’arbre en chemin (2015)

Photographie © Odile d'Harnois

 

—————–

Pour en savoir plus

 

Philippe Jones (1924,2016)

Images may be subject to copyright

❖ Une biographie

.

Issu d’une famille de juristes d’origine anglaise, Philippe (Roberts-) Jones naît à Ixelles le 8 novembre 1924. Son enfance est heureuse dans la maison familiale, au sein d’un milieu intellectuel et artistique, mais après ses études à l’Athénée d’Uccle, il tombe gravement malade puis perd son père, fusillé pour résistance aux nazis (1943). Ces épreuves ne paraissent pas étrangères au déclenchement de sa vocation poétique : Le Voyageur de la nuit (1946) le situe d’emblée parmi les poètes de l’aube accordée, au double sens du don et de l’harmonie. Sachant que la nuit rend toujours ses morts, il veut recréer, fût-ce à usage personnel, un ordre, ressaisir le monde à ses origines, au bouillonnement des formes qui se cherchent pour les mener à des structures stables, voire fixes mais constamment variées. Cette démarche d’essence classique ne se démentira pas au courant de quelque vingt recueils de poésie.

Membre de l’Armée secrète, engagé volontaire, Jones devient officier de liaison, puis suit à l’Université libre de Bruxelles deux années de droit mais s’oriente vers l’histoire de l’art. D’un séjour de deux ans à Paris, il ramène sa thèse de doctorat, analysant et synthétisant l’histoire de la caricature française : De Daumier à Lautrec. Revenu en Belgique, il occupe diverses fonctions : inspecteur des bibliothèques publiques, attaché culturel au cabinet du ministre Charles Moureaux (1958), il est bientôt nommé conservateur en chef des Musées royaux des Beaux-Arts (1961 à 1985); il s’y consacrera à la rénovation intérieure du Musée d’art ancien (1974), à l’établissement d’un Musée provisoire d’art moderne puis à sa recréation originale et définitive (1984).

Nommé professeur d’histoire de la gravure à l’Université de Bruxelles, il y fonde  ( … )

Lire la suite sur  le site : 

Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique

  Notes de lecture

.

  • Odile d’Harnois, L’arbre en chemin de Philippe Jones : L’homme est un arbre comme les autres ⎢Lectures au Cœur

 

 

❖ Bibliographie   

.

(Les essais de Philippe Jones sont signés Philippe Roberts-Jones)

  • Le voyageur de la nuit, Bruxelles, La Maison du Poète, 1947.
  • Grand Largue, Bruxelles, La Maison du Poète, 1949. 
  • Seul un arbre, Paris, Librairie Les Lettres, 1952.
  • Amour et autres visages, idem, 1956.
  • Quatre domaines visités, Bruxelles, L’Atelier du livre, 1958.
  • Graver au vif, Lausanne, Editions Rencontres, 1971.
  • Jaillir Saisir, Bruxelles, Le Cormier, 1971.
  • Être selon, idem, 1973.
  • L’Art Majeur, Bruxelles, Jacques Antoine, 1974.
  • Racine ouverte, Bruxelles, Jacques Antoine, 1976.
  • D’un espace renoué, Bruxelles, Le Cormier, 1979.
  • Paroles données, id., 1981.
  • Image, incendie, mémoire, id. 1985.
  • Les sables souverains, Bruxelles, Le Cormier, 1988.
  • D’encre et d’horizon, Poèmes 1981-1987, Paris, La Différence, 1989.
  • Ce temps d’un rien, Amay, L’Arbre à paroles, 1990.
  • La mort éclose, Châtelineau, Le Taillis Pré, 1991.
  • Toi et le tumulte, Bruxelles, Le Cormier, 1993.
  • Le temps hors le temps, Bruxelles, Le Cormier, 1994.
  • Les noeuds du sens, Soumagne, Tétras Lyre, 1997.
  • Le soleil s’écrit-il soleil, Bruxelles, Le Cormier, 1997.
  • Le miroir et le vrai, Phi, Echternach, 2001.
  • Domaines en cours, Bruxelles, Le Cormier, 2001.
  • Chansons doubles, Châtelineau, Le Taillis Pré, 2002.
  • Poésie 1944-2004 : Oeuvres littéraires I, Paris, La Différence, 2005. Préface de Charles Dobzynski.
  • Fictions 1991-2004 : Oeuvres littéraires II, Paris, La Différence, 2005. Préface de Jacques De Decker.
  • Au-delà du blanc, Bruxelles, Le Cormier, 2008.
  • De pierre en nuage, Châtelineau, Le Taillis Pré, 2009.
  • Couleurs d’un éveil, Bruxelles, Le Cormier, 2010.
  • L’un l’autre, Quadri, 2011. Aquarelles de Claude Viallat.
  • Parenthèses, Le Cormier, 2013.
  • Image verbale, image visible, Le Taillis Pré, 2013. (Essais & témoignages).
  • D’espace en domaines, Le Taillis Pré, 2013.
  • L’arbre en chemin, Éditions Le Cormier, 2015






 

0 comments

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :