UN JOUR, UN POÈTE : Inger Christensen

In: Un jour un poète

On: 11 février 2019

Photographie © Odile d'Harnois

5. l’automne

.

l’automne existe ; l’arrière-goût et la réflexion

existent ; et le seul à seul existe ; les anges

les esseulés et l’élan existent ; les détails

existent, la mémoire, la lumière de la mémoire ;

et la lumière rémanente existe, le chêne et l’orme

existent, et le genièvre, la similitude, la solitude

existent, et l’eider et l’araignée existent,

et le vinaigre existe, et la postérité, la postérité

.

————————————————————————–

Inger Christensen (1935-2009) – 5. l’automne in Alphabet (1981)

Traduit du danois par Janine & Karl Poulsen

*

5. efteråret

.

efteråret findes; eftersmagen og eftertanken

findes; og enrummet findes; englene,

enkerne og elsdyret findes; enkelthederne

findes, erindringen, erindringens lys;

og efterlyset findes, egetræet og elmetræet

findes, og enebærbusken, ensheden, ensomheden

findes, og edderfuglen og edderkoppen findes,

og eddiken findes, og eftertiden, eftertiden

.

—————————————————————————

Inger Christensen (1935-2009) – 5. efteråret – Alfabet (1981)

Photographie © Odile d’Harnois

—————–

Pour en savoir plus

Inger Christensen (1935-2009)

Images may be subject to copyright

 

❖ Une biographie

Née le à Vejle, Inger Christensen est une femme de lettres danoise, poétesse, romancière, dramaturge et essayiste. Elle est morte à Copenhague le 2 janvier 2009.

Pour en savoir plus : Wikipedia 

 

❖ Une bibliographie

À propos du recueil  Alphabet (1981)

 

  • Recueil paru en France (2014) en version bilingue – Traduction du danois par Janine & Karl Poulsen : « Alphabet » ⎢Ypsilon Éditeur

 

  • « Alphabet »(1981) : Le centre et la clef de l’œuvre d’Inger Christensen –

cf La présentation de l’ouvrage par Ypsilon Éditeur :

Discrète et la plus célèbre poète danoise, Inger Christensen  publie Alfabet en 1981, l’année suivante Alphabet est traduit en français par Janine et Karl Poulsen, ses fidèles traducteurs. Depuis trop longtemps introuvable, ce livre peut être considéré comme le centre et la clef de son œuvre, d’où (re)commencer à découvrir cette écriture d’une complexe simplicité. Par sa construction basée à la fois sur une structure mathématique, la suite de Fibonacci, et la structure la plus connue de la langue, l’alphabet, Inger Christensen définit son lieu d’invention et de représentation, inséparables, de la vie : le poème. Dans Alphabet, sa vision du monde et du langage prend corps dans le vortex qui entraîne irrésistiblement la formation des poèmes. L’existence de toute chose est une apparition à chaque fois qu’un dire singulier en saisit l’universalité.

Le premier poème est 1 vers en a :

les abricotiers existent, les abricotiers existent

 

0 comments

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :