UN JOUR, UN POÈTE : Eavan Boland

In: Un jour un poète

On: 11 mai 2018

Photographie © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

Est-ce encore la même

.

jeune femme qui monte l’escalier,

ferme la porte d’un enfant

se dirige vers sa table

dans une pièce au fond de la maison ?

Est-ce le même couloir obscur ?

Le même air nocturne

planant sur les brouettes et les citernes d’eau de pluie ?

Le même ciel d’encre piqueté d’étoiles brillantes ?

On n’aperçoit d’elle que la tête

courbée sur la page, la main qui se déplace

encore et encore, et les cheveux.

Autrefois, j’écrivais ainsi.

Aujourd’hui, c’est différent :

Lorsqu’elle lèvera la tête, cette fois-ci, je serai là.

.

—————————————– 

Eavan Boland (Dublin, 1944) – Poésie irlandaise contemporaine, Le Castor Astral, 2013

.

.

.

.

*

.

 

.

.

Is it still the same

.

young woman who climbs the stairs,

who closes a child’s door,

who goes to her table

in a room at the back of a house?

The same unlighted corridor?

The same night air

over the wheelbarrows and rain-tanks?

The same inky sky and pin-bright stars?

You can see nothing of her, but her head

bent over the page, her hand moving,

moving again, and her hair.

I wrote like that once.

But this is different:

This time, when she looks up, I will be there.

.

————————————- 

Eavan Boland (Dublin, 1944) – Is it still the same in Against Love Poetry (2001)

.

.

.

.

Photographie © Odile d'Harnois

.

.

.

—————–

Pour en savoir plus

.

.

.

.

 Eavan Boland (Dublin, 1944)

Images may be subject to copyright

.

.

.

❖ Née à Dublin en 1944 d’une mère peintre et d’un père diplomate, Eavan Boland passe une partie de son enfance en Angleterre, puis revient à Dublin faire des études de littérature à Trinity College où elle deviendra professeur avant d’enseigner à Stanford, aux États-Unis. Tentant de réconcilier la femme et le poète, Eavan Boland s’attache à déconstruire l’image féminine traditionnelle dans le contexte irlandais.Elle traite de sujets difficiles comme la violence domestique, l’anorexie, l’infanticide et le cancer, et poursuit son exploration de l’aliénation féminine. Ainsi, Against Love Poetry (2001) s’éloigne-t-il de la célébration habituelle de l’amour pour insister sur son aspect ordinaire. Elle s’attache aussi au passé dont elle déchiffre les traces sur le sol irlandais, réimaginant son histoire. Parmi ses dernières publications, on peut citer Domestic Violence (2007) et New Collected Poems (2008), ainsi que des essais : A Journey with Two Maps: Becoming A Woman Poet (2011).

Source : Le Castor Astral Éditeur

.

.

.

❖ Un autre poème d’ Eavan Boland : L’Art de l’empire dit par Jacques Bonnaffé ⎢YouTube 

.

.

.

 

1 comments

Répondre Caroline D.
11 mai 2018

You’ve taught me so much about poetry… merci, Odile.

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :