UN JOUR, UN POÈTE : Anna Akhmatova

In: Un jour un poète

On: 25 septembre 2017

Photographie : Fleuraille de la mer © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

.

Sur ma table le soir …

.

Sur ma table le soir est tombé,

Sur une page effrontément blanche ;

Le mimosa sent Nice et l’été,

Sous la lune un grand oiseau s’élance.

.

Et pour la nuit mêlant mes cheveux

Comme si demain il fallait des tresses,

Je fixe la mer, les talus sablonneux,

Enfin délivrée de ma tristesse.

.

Car tel est le pouvoir de celui

Qui n’a même pas réclamé de tendresse…

Mes paupières se ferment, éblouies,

Quand sur ses lèvres mon nom se tresse.

.

1913

.

—————————————————- 

Anna Akhmatova (1889-1966) – Sur ma table le soir… in Les Poésies d’amour, Éditions Circé, 2017

Traduction du russe : Henri Abril

.

.

.

Photographie © Odile d'Harnois

.

.

.

.

—————–

Pour en savoir plus

.

.Anna Akhmatova

. ❖ Anna Akhmatova (1889-1966)

Images may be subject to copyright

.

❖ Andreïevna Gorenko, dite Anna Akhmatova  (1889-1966) 

passa son enfance à Tsarskoïe Selo, alors lieu de résidence de l’aristocratie, et où elle fit ses études. Elle s’inscrivit à la faculté de droit de Kiev, puis en lettres à l’université de Saint-Pétersbourg. En 1903,  elle rencontra le poète Goumiliov, qu’elle épousa en 1910 et dont elle aura un fils Lev (…)

Lire la suite sur le site : litterama (Les femmes en littérature)

.

.

❖  Les Poésies d’amour 

Anna Akhmatova (1889-1966) eut très tôt conscience d’avoir donné la voix aux femmes dans la poésie russe en leur « apprenant à parler de l’amour ». Dès ses deux premiers recueils Le Soir et Le Rosaire, parus en 1912 et 1914, elle devient une star avant la lettre, étant imitée par les jeunes femmes dans sa façon de s’habiller et de se coiffer, suscitant surtout une multitude de vocations poétiques et d’épigones durant des décennies, en dépit même de l’ostracisme officiel, de l’interdiction de publier qui la frappera en 1926-1939, puis de 1946 à 1958. Aujourd’hui encore, les jeunes mariées se voient offrir un livre de celle qui pour les russophones restera à jamais le chant même de l’amour.

La nouveauté radicale d’Akhmatova, qui représentait aux côtés de Goumiliov et Mandelstam le mouvement acméiste appelé à rompre avec le flou métaphysique et formel du symbolisme, résidait moins dans la « déferlante amoureuse » de sa poésie que dans une poétique inédite. Ayant « puisé dans la prose russe du dix-neuvième siècle sa sensibilité morale, la vérité des motivations psychologiques », elle fait de chaque poème un fragment de nouvelle ou de roman, une page arrachée à un journal intime, retraçant toutes les phases et situations de  (…)

Lire la suite sur le site des : Éditions Circé

.

.

❖ Une émission diffusée le 5 juillet 1990 sur France Culture :  Anna Akhmatova – Une Vie, une Œuvre : 1889-1966 par Renée Elkaïm-Bollinger / (Video-Enregistrement YouTube)

.

.

.

0 comments

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :