UN FILM, UN UNIVERS : Passengers

In: Chroniques Ciné

On: 3 janvier 2017

♥️♥️♥️

 

Science-fiction, Romance

Un film réalisé en 2016 par

Morten Tyldum

*

visuel_passengers

© Sony Pictures

*

SI VOUS AIMEZ la science-fiction et les voyages au long cours, si vous aimez les vaisseaux spatiaux et la domotique, si vous aimez le cinéma quand il se veut allégorique, alors vous aimerez sans doute Passengers de Morten Tyldum.

*

photo_passengers_2

Photographie : Jennifer Lawrence, Chris Pratt

© Sony Pictures

*

SYNOPSIS

Alors que 5000 passagers endormis pour longtemps voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, deux d’entre eux sont accidentellement tirés de leur sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Jim et Aurora doivent désormais accepter l’idée de passer le reste de leur existence à bord du vaisseau spatial. Alors qu’ils éprouvent peu à peu une indéniable attirance, ils découvrent que le vaisseau court un grave danger. La vie des milliers de passagers endormis est entre leurs mains…

Source : Sony Pictures

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR    ♥️♥️♥️

Les amateurs de combats interstellaires ne trouveront sans doute pas leur compte à suivre dans l’espace le périple de l’Avalon, vaisseau spatial ultramoderne aux allures de paquebots de croisière de luxe. Porté par Jennifer Lawrence et Chris Pratt, un duo d’acteurs américains en vogue, Passengers, le film de science-fiction  du Norvégien Morten Tyldum se démarque en effet des productions standard du genre. Récit allégorique sur le sens de la vie et le bonheur d’aimer, Passengers joue sur l’idée de « passage ». Embarqués sur l’Avalon pour un voyage au long cours  (120 ans) vers une nouvelle planète,  Aurora Lane (Jennifer Lawrence) et Jim Preston (Chris Pratt) installés chacun dans une capsule d’hibernation se sont préparés à passer, sans vieillir, d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre. Lorsque Jim se réveille accidentellement 90 ans trop tôt et qu’il reprend le cours de sa vie, lorsque le processus normal de vieillissement de son corps se remet en marche et que chaque journée pèse à nouveau 24 heures sur l’âme et le coeur, sa perception intime du passage ne coïncide plus avec son rêve d’aventure et de conquête d’une nouvelle planète. Comment alors passer le temps dans un espace confiné où les couloirs n’ouvrent plus que sur la solitude et le vide ? Pour éviter le désespoir et la folie, Jim mise alors sur l’amour. Au terme d’une série de péripéties qui suscitent une réflexion sur la part d’égoïsme qui habite tout sentiment amoureux et qui pousse à désirer à ses côtés la présence de l’être aimé, le film de Morten Tyldum suggère que la vie n’est après tout elle aussi qu’un passage. Et pourvu qu’on trouve l’âme soeur, ce voyage-là, quelque soit l’époque ou le lieu, vaut bien d’être vécu.

Écrin futuriste de cette romance spatiale, l’Avalon voudrait suffire à lui seul à ranger le film dans la catégorie SF. De la salle d’hibernation à la piscine, de la cafétéria au bar du Grand Hall en passant par l’infirmerie et l’atelier de Jim, le vaisseau spatial de cette épopée  intime assortit ses décors minimalistes, empreints d’une élégance et d’un luxe dans la plus pure tradition hôtelière, d’une série de trouvailles technologiques dans l’air du temps. Aspirateurs automatiques, machines à café, barman à roulettes, distributeurs sélectifs de repas, hologrammes, capsules d’hibernation ou de soins inventent un espace intérieur confortable, où la domotique s’impose comme une évidence. Cependant, malgré un design soigné et quelques effets spéciaux pour rendre compte des problématiques liées à la force gravitationnelle, Passengers a bien du mal à inventer un univers futuriste qui surprenne. Sans doute manque-t-il à cette parabole ce surcroît de puissance et d’émotion dont le public a besoin pour forger les grands succès cinématographiques. À voir en couple.

O.d’Harnois

 

 

Photographie à la une de l’article : L’Avalon, le vaisseau spatial de Passengers © Sony Pictures

.

.

.

—————

Pour en savoir plus

.

.

❖ Biographie (AlloCiné) :  Morten Tyldum

.

❖ Autre film de Morten Tyldum présenté sur Lectures au Coeur : Imitation Game

.

❖ Vaisseaux spatiaux de cinéma : L’Avalon de Passengers et 25 autres vaisseaux cultes de cinéma / AlloCiné

2 comments

Répondre Gilles Labruyère
3 janvier 2017

Merci bien, Odile. Je me précipite !

Répondre lecturesaucoeur
3 janvier 2017

De rien, de rien, Gilles … bon film !

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :