S’ ABANDONNER A VIVRE : Et le panache, bordel ?

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 3 novembre 2014

 

.Nouvelles

 Sylvain Tesson

Paru en janvier 2014 aux Editions Gallimard, Collection Blanche, 224 pages

*

Visuel_s_abandonner-a_vivre

Sylvain Tesson, S’abandonner à vivre © Editions Gallimard, Collection Blanche, 2014

*

.

.

.

SI VOUS AIMEZ l’aventure, l’adrénaline et les grands explorateurs, si vous aimez les voyages qui dépaysent et les récits qui font toucher du doigt l’horizon, si vous aimez les textes marqués au fer rouge du désespoir, alors vous aimerez sans doute S’abandonner à vivre de Sylvain Tesson.

.

.

.

*

Photo : Sylvain Tesson   © C.Hélie

Photo : Sylvain Tesson
© C.Hélie

*

.

.

.

RÉSUMÉ

Devant les coups du sort, il n’y a pas trente choix possibles. Soit on lutte, on se démène et l’on fait comme la guêpe dans un verre de vin. Soit on s’abandonne à vivre. C’est le choix des héros de ces nouvelles. Ils sont marins, amants, guerriers, artistes, pervers ou voyageurs, ils vivent à paris, Zermatt ou Riga, en Afghanistan, en Yakoutie, au Sahara. Et ils auraient mieux fait de rester au lit.

Source : Éditions Gallimard

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR   

Récompensé en 2011 par le prix Médicis pour son essai Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson, l’écrivain voyageur, publie cette année aux éditions Gallimard un recueil de dix-neuf nouvelles qu’il a rassemblées sous le titre de S’abandonner à vivre. « Résignation joyeuse, désespérée face à ce qui advient », le pofigisme est le fil rouge qui donne sa cohérence à cette collection de récits âpres. « Face à l’absurdité du monde », les héros de Sylvain Tesson adoptent une attitude d’abandon. « Ils accueillent les oscillations du destin sans chercher à en entraver l’élan ». Mais ils cherchent à le faire avec élégance. Même quand la vie est cruelle et que le sort s’acharne sur eux avec un sens aigu de l’ironie, ils tentent encore avec un flegme désespéré de conserver jusqu’au bout fière allure. Le panache est tout ce qu’ils ont à opposer au destin qui les broie. Portés par leurs « rêves d’horizons », ils refusent de traverser la vie avec tiédeur. Ils n’acceptent que ce qui s’accommode de leur passion, exclusive, entière. Qu’ils aiment une femme, un sport, un pays, l’amour, le sexe, le défi ou la victoire, peu importe. Rien ne les détourne du chemin qui les exalte. L’amant est prêt à escalader à mains nues n’importe quelle façade d’immeuble pour rejoindre sa maîtresse. L’alpiniste ne résiste pas à l’appel des sommets. L’esthète, pourvu qu’il préserve son idéal érotique, ne rechigne pas à marcher dans la neige et la nuit sibériennes durant des kilomètres. L’ermite consent à la folie pour sauver sa tranquillité. Il n’y a pas de demi-mesures ni de demi-teintes dans les récits de Sylvain Tesson. Enfin, la mort n’a pas d’autre vocation que de signer avec éclat la fin de l’existence. Et quand par malheur, les assauts contraires du destin les privent d’un ultime acte de bravoure, ces aventuriers modernes se résignent, dernière coquetterie de l’âme, à accepter simplement leur sort.

Ramassé, tendu comme les muscles d’un athlète avant l’effort, le style de Sylvain Tesson est sec et nerveux. Doué d’un grand sens de la formule, l’écrivain émaille chacune de ses narrations de raccourcis lapidaires et d’aphorismes poétiques, qui atténuent par à-coups lumineux la dureté minérale du texte. S’abandonner à vivre se parcourt au rythme fiévreux des passions qui dévorent.

Odile d’Harnois

.

.

 

 


Pour en savoir plus


.

.

.

.

❖ Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou par Odile d’Harnois

.

.

.

5 comments

Répondre UN FILM, UN UNIVERS : Dans les forêts de Sibérie – Lectures au coeur
26 juillet 2016

[…] S’abandonner à vivre de Sylvain Tesson par O.d’Harnois : Et le panache, bordel […]

Répondre orepuk
25 février 2015

J’aime beaucoup sylvain Tesson, peut être par ce que j’ai aussi beaucoup voyager a la recherche de mes vies antérieures, mes dans se recueil de nouvelles il y a une nouvelle prémonitoire, il et tomber d’une façade comme son héros, mais lui s’en sort avec des séquelles. 🙂

Répondre Lectures au Coeur
26 février 2015

Oui, j’ai moi aussi entendu parler de cette chute. Un accident bien triste, qui donne au recueil de l’écrivain une émotion et un relief tout particuliers…

Répondre Dan Gazénia
4 novembre 2014

Ex-aventurière, ma vie a été une succession de défis, et de prises de risques. Amoureuse des déserts (en 2CV et camping) avec » Indiana Jones » 13 ans, j’ai continué avec mon fils 17 ans (dès ses 9 mois!) A 74 ans, toujours aussi battante, j’ai dû renoncer à la montagne, aux horizons lointains, et à faire 1000km par jour. Ou à sauter en parachute. Alors je monte à 1000m en montgolfière, et fait de la moto.Je vais me précipiter sur le livre de Philippe Tesson pour m’évader, avec passion.
Dan

Répondre Lectures au Coeur
9 novembre 2014

Très heureuse que le recueil de nouvelles de Sylvain Tesson vous intéresse. Votre commentaire me laisse à penser que votre vie – passionnante et pleine d’exploits – aurait pu tout aussi bien inspirer l’écrivain…
Merci à vous d’être passée sur Lectures au Coeur.
Odile

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :