RU : Un premier récit lumineux

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 19 septembre 2016

 

Récit

Kim Thúy

Nouvelle parution en 2010 aux Éditions Liana Levi, Collection Littérature française, 144 pages

*

Ru

 Kim Thuy, Ru, © Editions Liana Levi, 2010

*

En français, ru signifie « petit ruisseau » et,

au figuré, « écoulement (de larmes, de sang, d’argent) » (Le Robert historique). 

En vietnamien, ru signifie « berceuse », « bercer ».

Note des Editions Libre Expression, © 2009, Québec, Canada

*

.

.

.

SI VOUS AIMEZ les grandes aventures humaines, le courage et l’espérance qui le nourrit, si vous aimez les histoires vraies et les livres qui sauvent, si vous aimez les récits qui s’ajustent sur les désordres et sur le rythme de la mémoire, alors vous aimerez Ru, le premier texte de Kim Thúy.

.

.

.

*

Photo_Kim_Thuy

Photo : Kim Thuy

 Images may be subject to copyright

*

.

.

.

RÉSUMÉ

RU est le récit d’une réfugiée vietnamienne, une boat people dont les souvenirs deviennent prétexte tantôt à l’amusement, tantôt au recueillement, oscillant entre le tragique et le comique, entre Saigon et Granby, entre le prosaïque et le spirituel, entre les fausses morts et la vraie vie.

Source : Les éditions Libre Expression, 2009

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR   

Il existe des douleurs si profondes, si terribles, si impensables qu’il faut parfois avoir recours aux mots pour les apaiser. Kim Thúy entre en littérature avec un premier texte lumineux, qui exorcise le malheur par petites touches sensibles et qui réaffirme à chaque page une foi inébranlable en la vie. Portée par le flot de ses souvenirs, elle se lance dans le récit à fleur de peau d’une existence marquée par la guerre et l’exil. L’écrivain a juste dix ans, lorsqu’à bord d’un bateau, où s’entassent deux cents boat people, elle fuit le Vietnam avec sa famille. A la peur des communistes se substitue alors la peur du naufrage. Après avoir connu une survie précaire dans un camp de réfugiés en Malaisie, elle arrive au Québec, où il lui faut se réinventer, adopter de nouvelles manières de vivre, de penser, de se projeter dans l’avenir sans pour autant renier son passé ou ses origines. Entre Saigon et Granby, l’écart est périlleux et il faut engager de telles forces de vie dans cette lutte de tous les instants que la jeune réfugiée éprouve d’abord la tentation de se murer dans le silence avant de sortir définitivement victorieuse de l’épreuve en devenant trente ans plus tard écrivain. Grâce aux mots, grâce au pouvoir libérateur de l’écriture, grâce à ce bercement intime de la mémoire, Kim Thúy surmonte toutes les souffrances pour entonner dans Ru une magnifique ode à la vie. 

L’auteur choisit pour son texte une structure narrative éclatée, qui transcrit bien la réalité nuancée des patchworks parfois complexes de la mémoire. Entre Vietnam et Québec, à l’occasion d’aller-retour incessants entre le passé et le présent, Kim Thúy réalise une mosaïque juste et délicate, où chaque souvenir vient s’enchâsser avec pudeur. L’écrivain, avec talent, donne du relief à son récit en évoquant ici un objet original, là un personnage haut en couleur. A la manière de certains peintres, elle développe un art du détail qui transforme chacun de ses fragments en minuscule tableau. Un bracelet en acrylique rose rempli de diamants, des bols bleus cerclés d’argent, un pull-over de femme rouge, un petit mur de briques émaillent ainsi le récit de Kim Thúy. Et ces images, comme brodées finement dans le texte, s’impriment dans notre mémoire comme autant de fibrilles poétiques. Comme un ruisseau de larmes – un ru – qui s’écoule doucement sur un visage d’enfant, l’oeuvre de Kim Thúy témoigne à la fois de la fragilité et de la force de l’être humain. Face à l’innommable, le pire n’est jamais sûr. Il arrive quelquefois que la folie des hommes ne vienne pas à bout de l’espérance et que du désastre puisse naître malgré tout quelque chose de neuf. 

Ru est un petit livre, dont la force sensible emporte, transporte et au bout du compte apaise.

Odile d’Harnois

.

.

.

Photo à la une de l’article : RU de Kim Thúy  © Éditions Libre Expression, 2009

.

.

.

.

.


Pour en savoir plus


.

.

.

.

❖ Le site des maisons d’édition : 

Éditions Libre Expression

Éditions Liana Levi

.

.

.

❖ Interview de Kim Thúy par La Télé de Lilou Macé : Laisser la vie nous porter pour découvrir l’extraordinaire

10 comments

Répondre Manouchka
26 septembre 2016

Pour faire suite à votre article qui nous présente une femme exceptionnelle, je vous invite à visionner l’émission, de la série  » Qui êtes-vous  ». Invitée: Kim Thuy.
Voici le lien : http://ici.radio-canada.ca/tele/qui-etes-vous/2015-2016/episodes/361299/kim-thuy….

Merci pour ce partage si inspirant…!

Amitiés
Manouchka

Répondre lecturesaucoeur
26 septembre 2016

Merci, Manouchka, pour ce lien qui promettait beaucoup, mais que je n’ai pas réussi à faire fonctionner. La vidéo semble avoir été supprimée …
Amitiés 🙂
Odile

Répondre Manache Poetry
22 septembre 2016

Merci pour ce post 🙂

Répondre lecturesaucoeur
24 septembre 2016

De rien, contente que l’article vous ait intéressé. Beau week-end !

Répondre Caroline D
20 septembre 2016

Kim a su se tailler une belle place chez nous. Une place de cœur, au cœur de la culture.

Répondre lecturesaucoeur
22 septembre 2016

C’est ce que j’ai pu constater effectivement. Une belle place …

Répondre Jean-Marc Plumauzille
20 septembre 2016

Content de retrouver chez vous l’œuvre de Kim Thúy, qui a récemment inspiré au Québec un couple d’amis artisans et les a poussés à « illustrer » son livre par des sculptures de bois.
http://www.viatourberthiaume.com/sous-lcorce-des-mots-de-kim-thy

Répondre lecturesaucoeur
22 septembre 2016

Voa amis ont beaucoup de talent. Leurs sculptures de bois sont étonnantes de finesse.
Merci d’avoir partagé ce lien. J’ai été très heureuse de visiter ce beau site.

Répondre CultURIEUSE
20 septembre 2016

L’expérience d’une immigration forcée. Un partage précieux en ce moment.

Répondre lecturesaucoeur
22 septembre 2016

Oui, une expérience qui fait réfléchir.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :