ROME, LE MYSTÈRE (70) : Je ne savais pas que le fond n’est pas noir

In: Rome le mystère

On: 7 mars 2019

Photographie © Odile d'Harnois

[ JE NE SAVAIS PAS QUE LE FOND N’EST PAS NOIR ]

.

Je ne savais pas que le fond

n’est pas noir

que le jour

n’est pas blanc

que la lumière

aveugle

et que s’arrêter c’est courir

encore

plus

Goliarda Sapienza (1924-1996)

Revue Les Carnets d’Eucharis, 2017 – Traduit de l’italien par Silvia Guzzi

*

[ NON SAPEVO CHE IL BUIO NON È NERO ]

.

Non sapevo che il buio

non è nero

che il giorno

non è bianco

che la luce

acceca

e il fermarsi è correre

ancora

di più

Goliarda Sapienza (1924-1996)

Ancestrale, La Vita Felice, Collana Labirinti, 2013

Photographie à la une © Odile d’Harnois


Pour en savoir plus


Goliarda Sapienza (1924-1996)

Images may be subject to copyright

❖ Une biographie

Goliarda Sapienza est née en 1924 dans une famille nombreuse recomposée. Fille de militants antifascistes absorbés par leur combat politique, elle grandit libre dans le désordre et les troubles de l’avant guerre. A 16 ans elle reçoit une bourse pour suivre les cours de L’Académie d’Art Dramatique de Rome mais l’occupation allemande la pousse à entrer en résistance. 

A la libération Goliarda Sapienza va se consacrer à nouveau au théâtre et au cinéma. Comédienne et professeur de théâtre reconnue, compagne du cinéaste Franscesco Maselli, amie de Luchino Visconti, elle va finalement renoncer à ses premières passions pour épouser l’écriture. Suite à un séjour de plusieurs mois en hôpital psychiatrique, puis à une psychanalyse, elle entreprend un premier cycle de textes autobiographiques intitulé L’autobiographie des contradictions

Se vouant totalement à l’écriture, Goliarda donne naissance à Modesta. L’héroïne de L’Art de la joie – autodidacte, libre penseuse, amoureuse passionnée et sensuelle –  va prendre forme au creux d’une vie frugale (…)

Lire la suite  sur  : France Culture

❖ Autres poèmes

  •  Poèmes en langue originale : « Sette poesie da Ancestrale di Goliarda Sapienza » ⎢ Poetarum Silva
  • Autres poèmes en langue originale : « Goliarda Sapienza, tre poesie da Ancestrale » Il sasso nello stagno

❖  Articles

  • Linda Lê, « Les carnets de Goliarda Sapienza – De chair et de lave » En attendant Nadeau

0 comments

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :