ROME, LE MYSTÈRE (69) : La tempête

In: Rome le mystère

On: 25 février 2019

Photographie © Odile d'Harnois

LA TEMPÊTE

.

Mon rêve d’aujourd’hui est un décor :

maisons vides plantes peintes

attendent les hommes et le vent.

Il y a un pont qui relie les deux rives

comme le temps dévoile

un regard à un autre.

Dans l’air le mien s’égare s’il n’aborde pas

une lumière de femme, si une guerre

ou une grande chimère ne l’agrippent pas :

alors seulement le paysage,

depuis le fond s’avançant,

se désenchantera, le désordre violera

la grâce immobile des gestes —

et je sombrerai dans un autre rêve.


Lucetta Frisa

Extrait de Point de fuite

Traduit de l’italien par Sylvie Durbec


*

LA TEMPESTA

.

Il mio presente è una scena:

case vuote piante dipinte

attendono gli uomini e il vento.

C’è un ponte che lega le rive

come il tempo rivela

uno sguardo ad un altro.

Vaga nell’aria il mio se non approda

a una luce di donna, se una guerra

o una grande chimera non lo affera:

solo allora il paesaggio, avanzando dal fondo,

si disincanterà, il disordine

trapasserà la grazia immobile dei gesti –

e sognero in un altro segno.

 


Lucetta Frisa

Da Punto di fuga


 

Photographie à la une © Odile d’Harnois


Pour en savoir plus


Lucetta Frisa

Images may be subject to copyright

❖ Une biographie

Lucetta Frisa est poète, écrivain, traductrice. Ses recueils de poésie les plus récents sont  : Se fossimo immortali (Joker 2006), Ritorno alla spiaggia (La Vita Felice 2009), L’emozione dell’aria (CFR  2012), Sonetti dolenti e balordi (CFR, 2013), Nell’intimo del mondo. Poesia 1970-2015 (Puntoacapo, 2016). Elle a traduit divers auteurs français : deux ouvrages de Bernard Noël (Artaud e Paule, 2005 e L’ombra del doppio, 2007), Alain Borne (Poeta al suo tavolo,  2011 ), Claude Esteban (Qualcuno nella stanza comincia  a parlare, 2015), Henri Michaux (Sulla via dei segni, Graphos, 1998), Pierre-Jean Jouve, James Sacré et Sylvie Durbec.

Lire la suite en italien  :  L’Ombra delle Parole

❖ Autres poèmes

  • Poème en langue originale et sa traduction française : « Toccata settima »Terres de femmes

1 comments

Répondre Caroline D.
25 février 2019

assolutamente magnifico… ispiratore…
merci, Odile

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :