ROME, LE MYSTÈRE (64) : La fin de l’histoire

In: Rome le mystère

On: 16 janvier 2019

Photographie © Odile d'Harnois

La fin de l’histoire est là où se trouve la signature
de qui l’a écrite, l’écrivain, l’auteur.
Je ne connais pas la fin pas plus le début,
et même si vous posez la question aux autres,
personne ne vous le dira,
ici tout le monde utilise des concepts relatifs
et exige de les garder à l’esprit.
Mais beaucoup de choses sont ce qu’elles sont par convention,
rien d’autre. Elles pourraient en un instant
devenir quelque chose d’autre, sans en souffrir
plus que cela.
Je suis né d’une femme,
mais j’ai tout appris des sauterelles.
Si tel était le cas, personne ne pourrait rien dire.
J’ai vu mon père avec une autre femme, puis j’ai perdu la vue.
Je dois rester immobile toute la journée,
mais à un moment donné – peut-être – pourrai-je me mettre en mouvement.

.

——————————————————————————————————————-

Marilena Renda (Erice, 1976)

Traduction : Odile d’Harnois

*

La fine della storia è dove c’è la firma
di chi l’ha scritta, lo scrittore, l’autore.
Non so la fine e nemmeno l’inizio,
ma anche se chiedi agli altri,
non te lo dirà nessuno,
qui tutti usano concetti relativi
e comandano di saperli a mente.
Ma molte cose sono se stesse per convenzione,
nient’altro. Potrebbero in un attimo
diventare qualcos’altro, senza per questo
soffrire più di tanto.
Sono nato da una donna,
ma ho imparato tutto dalle locuste.
Se così fosse nessuno potrebbe dire niente.
Ho visto mio padre con un’altra donna, e poi ho perso la visione.
Devo stare fermo tutto il giorno,
ma a un certo punto — forse — potrò muovermi.

.

————————————————————————————————-

Marilena Renda (Erice, 1976) – La fine della storia … in Poesia d’oggi – un’antologia italiana, Elliot Edizioni, 2016

Photographie © Odile d’Harnois

 

—————–

Pour en savoir plus

Marilena Renda (Erice, 1976)

Images may be subject to copyright

 

❖ Une biographie

Née le 6 décembre 1976 à Erice (Trapani), Marilena Renda est une poétesse italienne. Elle a vécu à Rome, à Palerme et à Milan. Elle vit maintenant à Bologne où elle enseigne, écrit et poursuit également des travaux de traduction. Elle a publié dans des magazines tels que Nuovi Argomenti, Doppiozero, Alfabeta2, Indiana Nation. En 2013, elle a fait partie des  finalistes du Carducci Award. Son premier roman, Gifts to the Ghosts, a été publié en 2017 pour GEM – Mesogea.

 

❖ Autres poèmes

Poème en langue originale : RugginePoetarum Silva

• Autre poème en langue originale : L’urna vuota del giorno che dicemmoNazione Indiana

• Poème à écouter en langue originale : Poetiche Marilena Renda, Poetiche – RomaPoesia 2010 (Video YouTube)

 

1 comments

Répondre Bernhard Lorenz
16 janvier 2019

« J’ai vu mon père avec une autre femme, puis j’ai perdu la vue » – et tout est dit ! Merci

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :