ROME, LE MYSTÈRE (58): J’habite mon cerveau

In: Rome le mystère

On: 17 septembre 2018

 

Photographie © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

J’habite mon cerveau

.

J’habite mon cerveau

comme un calme propriétaire ses terres.

Tout le jour mon travail

c’est qu’elles fructifient,

mon fruit qu’elles travaillent.

Avant d’aller dormir

je me penche et les regarde

avec la pudeur de l’homme

envers sa propre image.

Mon cerveau m’habite

comme un calme propriétaire ses terres.

.

—————————————– 

Valerio Magrelli (Rome, 1957) – Extrait de Ora serrata retinæ, Feltrinelli, 1980

Traduction disponible sur Lyrikline : Francis Catalano et Antonella D’Agostino

 

.

.

.

*

.

.

.

.Io abito il mio cervello

.

Io abito il mio cervello

come un tranquillo possidente le sue terre.

Per tutto il giorno il mio lavoro

è nel farle fruttare,

il mio frutto nel farle lavorare.

E prima di dormire

mi affaccio a guardarle

con il pudore dell’uomo

per la sua immagine.

Il mio cervello abita in me

come un tranquillo possidente le sue terre.

.

—————————————— 

Valerio Magrelli (Roma, 1957) –  Ora serrata retinæ, Feltrinelli, 1980

 

.

.

.

  Photographie © Odile d'Harnois

.

.

.

.

—————

Pour en savoir plus

.

.

.

Valerio Magrelli (Rome, 1957)

Images may be subject to copyright

.

.

.

❖ Une biographie

Né à Rome en 1957, Valerio Magrelli est professeur de littérature française. Il a traduit Valéry, Debussy et Verlaine. Il a publié quatre recueils poétiques : Ora serrata retinæ (1980), Natures et signatures – titre original Nature e venature (1987), Exercices de typtologie (1992) et Notes pour la lecture d’un journal (1999)

Pour en savoir plus :  Ricciardi, Stefania : Valerio Magrelli : Un clin d’oeil à la myopie Culture, le magazine culturel de l’Université de Liège

.

..

❖ Autres poèmes

• Poèmes à écouter : 10 poèmes de Valerio Magrelli dits par Valerio Magrelli (+ traduction française) ⎢Lyrikline

• Poèmes à lire en français : Valerio Magrelli : Choix de poèmes, présentation et traduction par Bernard Simeone Jean-Michel Maulpoix & Cie

• Recueil paru en France (2010) en édition bilingue – Traduit de l’italien par Jean-Yves Masson : Ora serrata retinæÉditions Cheyne

.

.

❖  Une oeuvre, des articles

• Ricciardi, Stefania : Valerio Magrelli : Un clin d’oeil à la myopie Culture, le magazine culturel de l’Université de Liège.

.

.

1 comments

Répondre Caroline D.
18 septembre 2018

… comme une femme son jardin…
et parfois je m’y penche… avec la pudeur de la femme envers sa propre image…

merci, Odile

Et en voyant votre photo, j’ai tout de suite été frappée par la ressemblance avec celle-ci… le mouvement surtout, le corps dans l’espace…
https://carolinedufour.com/2013/05/28/la-courte-histoire-du-vieillard-sous-la-pluie/

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :