ROME, LE MYSTÈRE (50) : Silence

In: Rome le mystère

On: 24 novembre 2017

Photographie : Ciel de Rome © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

Silence

.

Je connais une ville

qui chaque jour se remplit de soleil

et tout alors est emporté

.

Je m’en suis en allé un soir

.

Dans le coeur persévérait la crécelle

des cigales

.

Du bateau

verni de blanc

j’ai vu

ma ville disparaître

laissant

un instant

une accolade de lumière dans l’air trouble

en suspens

                                                                Mariano, 27 juin 1916

—————————–

Giuseppe Ungaretti (1888,1970) – Silence in Vie d’un homme – L’allégresse (1914-1919), Poésie / Gallimard, 2012

Traduction : Jean Lescure

 

 

 

 

*

.

.

.

.

Silenzio

Mariano, 27 juin 1916

.

Conosco una città

che ogni giorno s’empie di sole

e tutto è rapito in quel momento

.

Me ne sono andato una sera

.

Nel cuore durava il limio

delle cicale

.

Dal bastimento

verniciato di bianco

ho visto

la mia città sparire

lasciando

un poco

un abbraccio di lumi nell’aria torbida

sospesi

.

—————————–

Giuseppe Ungaretti (1888,1970) – Silenzio in Vita d’un uomo – L’Allegria (1914-1919), Mondadori Libri, Milano, 2016

.

.

Photographie : Ciel de Rome © Odile d'Harnois

.

.

—————

Pour en savoir plus

.

.

Giuseppe Ungaretti (1888-1970)

Images may be subject to copyright

.

.

.

❖ Giuseppe Ungaretti

.

est né à Alexandrie le 8 février 1888, son père travaillant alors comme manœuvre au percement du canal de Suez. Orphelin à deux ans, il commence ses études en italien et en français avant de quitter l’Égypte, en 1912. Il s’installe à Paris et s’inscrit à la Sorbonne et, par ailleurs, se lie avec Cendrars, Apollinaire, Modigliani. Ce sont les futuristes qui publient ses premiers poèmes en Italie. À la fin de la guerre, à laquelle il a participé sur le front italien, il épouse une Française, puis travaille au Ministère des affaires étrangères à Rome. À partir de 1936, Ungaretti vit au Brésil ; il y reste jusqu’en 1942 et enseigne à l’Université de Sao Paulo. Il enseignera ensuite à Rome la littérature italienne contemporaine. Son œuvre poétique complète, Vita d’un uomo, paraît en 1969 (traduite sous le titre Vie d’un homme). Il a traduit des poètes français (Mallarmé, Racine), anglais (Shakespeare, William Blake) et Gongora. Il est mort le 2 juin 1970 à Milan.

Source : Poezibao  

.

.

.

❖ D’autres poèmes de Giuseppe Ungaretti sont à découvrir sur Lectures au Coeur :

.

.

.

1 comments

Répondre Pierrette
27 novembre 2017

Belle prise de vue dans un ciel tourmenté .
Excellente semaine Odile

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :