LIBRES CADENCES : De la pierre

In: Libres Cadences

On: 6 août 2016

De_la_pierre

 

 

 

 

.

.

.

[ DE LA PIERRE LAVÉE DE TOUT SOUPÇON ] 

.

De la pierre lavée de tout soupçon

ne subsiste plus qu’un point

.

comme un frisson qui court sous la peau

.

au pied des statues de sel

ébouriffées de mystère

tu saignes et tes larmes

sculptent le ciel et ses ombres labiles

.

dans l’éclat forcené de midi

l’image tourne en boucle

.

un à un les clochers s’épuisent

.

et tu fuies

au bord des nuits sans lune

la mort qui te traque et l’effroi qui tue

 

 

Odile d’Harnois

De la pierre lavée de tout soupçon … in Libres cadences (2016)

Photographie © Odile d’Harnois


Pour en savoir plus


 

Silences

est le projet poétique que vous pourrez suivre en 2019 sur Lectures au Cœur. Chaque semaine, vous pourrez ainsi découvrir un nouveau texte qui viendra ajouter sa pierre à la construction du recueil. Chaque poème sera illustré d’une ou de plusieurs photographies.

❖ D’autres poèmes d’Odile d’Harnois peuvent être lus également sur Lectures au Cœur :

❖ D’autres photographies d’Odile d’Harnois sont à découvrir sur le compte Instagram : lecturesaucoeur

❖ Si vous n’avez pas de compte Instagram, vous pouvez tout de même suivre en live sur ce blog les publications photographiques de lecturesaucoeur

Au bas de chaque page du blog, un bandeau photographique récapitule en effet au jour le jour les dernières publications photo d’Odile d’Harnois sur Instagram.

7 comments

Répondre Denise
9 août 2016

Cette belle photo me fait penser à des rêves que je fais parfois où toutes les images se superposent et se fondent… mais je rêve souvent en couleur.
Merci de vos mots, que c’est beau.

Répondre lecturesaucoeur
10 août 2016

Le rêve bouscule les images,l’image se gorge de rêve. Entre l’une et l’autre, le lien est fort.
Excellente journée à vous, Denise 🙂

Répondre LOU
8 août 2016

J’ai le délicieux plaisir, lorsque je peux, enfin, être dans mon jardin, d’entendre les cloches s’égrenant dans le ciel. C’est un grand luxe pour moi, dans ma petite ville.

Répondre lecturesaucoeur
9 août 2016

C’est étrange comme le simple son d’une cloche, d’un pays à l’autre, peut, tout comme la madeleine de Proust, nous replonger dans les eaux pourtant lointaines du passé …

Répondre Caroline D
8 août 2016

Mon poème est parti malgré moi…Trop vite, alors que j’allais corriger… Le « o » n’a pas lieu d’être…
Belle fin de journée, Odile.

Répondre lecturesaucoeur
8 août 2016

Pas de problème, Caroline ! Je l’aime bien, moi ce « o » qui vient doucement s’adosser au calme 😉
J’en profite pour vous adresser un grand merci pour chacun de vos commentaires que je lis toujours avec beaucoup de plaisir.
Belle journée !

Répondre Caroline D
8 août 2016

Quel beau poème. OCalme et douleur envoilés.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :