LE SANG LE SOIR : Le poème comme sursaut vital

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 12 octobre 2015

.

.

Poésie

Guy Allix

Paru en juillet 2015 aux éditions Le nouvel Athanor, Collection Ivoire, 107 pages

*

Visuel_Le_sang_le_soir

 Guy Allix, Le sang le soir © Éditions Le nouvel Athanor, Collection Ivoire, 107 pages

*

.

.

SI VOUS AIMEZ la poésie pourvu qu’elle chante l’amour de la vie,  si vous aimez le fin, le ténu, le presque rien, si vous aimez la simplicité des mots qui explorent dans un souffle le mystère de l’humain, alors vous aimerez sans doute Le sang le soir de Guy Allix.

.

.

*

Photo_Guy_Allix

Photo Guy Allix

Images may be subject to copyright

*

.

.

LE RÉSUMÉ

Est un vrai poète celui ou celle qui sait aimer. Les autres ne sont que de cyniques imposteurs.

Qui n’a jamais osé l’amour n’a jamais osé la poésie.

Source : Le nouvel Athanor

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR             

Comme l’ensemble de son oeuvre, le nouveau recueil de Guy Allix, Le sang le soirse déploie à son tour à l’ombre froide du désastre. Fauché par l’âpreté d’un destin précaire, l’espoir ici ne tient plus qu’à un fil, si léger, si fragile que les mots s’amenuisent, s’effacent, se fondent dans un souffle de peur de le voir soudain se rompre. Face à la difficulté de vivre, face aux remontées acides du souvenir, l’audace d’écrire s’impose pourtant comme la seule voie de rédemption possible. De cette « quête insensée du sens », où il s’agit d’« oser dévisager [sa propre] défaite », de « la travailler au corps comme on pétrit la terre », Guy Allix extrait une poésie rugueuse, sans faux semblant, où le style n’existe que pour servir la vérité de l’être. L’humilité de la démarche, dépouillée de tout désir de séduire, ramène à l’essentiel : comment vivre quand la douleur est si forte qu’ « il n’est rien que la mort qui s’impose ». Poète du dénuement, Guy Allix s’approprie avec une espèce d’énergie du désespoir toute la palette sémantique de la privation, de la restriction et de la négation la plus absolue. Le sang le soir dresse à fleur de peau, à fleur de page, un état des lieux du manque. Manque de sens, de sécurité, d’amour, de lumière, manque de tout ce qui construit l’être et l’amène à goûter la vie comme une chance. Dans le désert douloureux de cette intimité fracassée, le poème se lève alors comme un « cri orphelin » qui oserait défier le silence. Irrigué par la thématique du pardon, Le sang le soir pointe les conséquences du manque originel, en assume la responsabilité sans lamentation et dans un exigeant souci de droiture. La passion amoureuse, le couple, la séparation, la paternité constituent autant de points d’entrée d’une introspection, où l’écriture fouille l’âme et le coeur avec la même fièvre ardente, le même entêtement obsessionnel que l’on met à « tenir debout après le désastre ». Poésie de résistance, où il s’agit, dans un ultime sursaut d’énergie vitale, de repousser les sombres attraits de l’abîme et de la mort, Le sang le soir s’apparente à un chant d’amour très pur, à une ode insensée à la vie, où la seule pulsation du sang dans les veines suffit à justifier toutes les tempêtes de l’existence. Acte de foi dans la puissance régénératrice de l’amour universel, Le sang le soir glisse presque, comme à regret, vers la lumière mystique de la prière, même si in fine, le poème ne prétend être rien d’autre qu’une modeste, mais sincère, « prière de mécréant ».  Hors des circuits de distribution les plus tapageurs, Guy Allix, poète éminemment discret, construit ainsi une oeuvre remarquable. Il ne faut pas hésiter à saisir «la poignée de main sur la page » qu’il nous tend avec une infinie tendresse.

O.d’Harnois

.

.

 _____________

 Pour en savoir plus

.

❖ Éditions Le nouvel Athanor : Le site

.

.

1 comments

Répondre Guy Allix
28 juin 2016

Merci infiniment Odile, pour cette piqure de rappel au sujet de mon petit recueil qui vient tout juste d’être distingué par l’Académie française. Prix François Coppée 2016. Bon je ne cours pas les honneurs et les distinctions mais ça fait plaisir au petit bonhomme que je suis. Bcp moins cependant que tes mots qui ont touché au plus vrai.
Amitié.
Guy

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :