LE DEDANS DES CHOSES : L’impact fondateur d’un secret de famille

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 10 juin 2016

 

Récit

Patrick Autréaux

Paru en 2012 aux éditions Gallimard, Collection Blanche, 110 pages

*

AUTREAUX Patrick COUV Le dedans des choses

Patrick Autréaux, Le Dedans des choses © Éditions Gallimard, Collection Blanche, 2012

*

.

.

.

SI VOUS AIMEZ les mystères, les secrets et les boîtes à trésors, si vous aimez les récits autobiographiques qui cherchent dans l’enfance des clefs de compréhension de l’être, si vous aimez les écritures sensibles quand elles sont portées par une élégante pudeur, alors vous aimerez sans doute Le Dedans des choses de Patrick Autréaux.

.

.

.

*

Photo_patrick_autreaux

Photo : Patrick Autréaux

Images may be subject to copyright

*

.

.

.

RÉSUMÉ

« Ce livre vient d’un muséum intime et buissonnier, c’est-à-dire d’une boîte à trésors, d’où surgiront notamment un rat musqué, un cygne noir, un réalisateur tchèque un peu sadique, des yeux de verre, des modèles d’invertébrés, un bateau-lumière, des poulpes brandis sur des harpons, des girelles et bogues scintillantes, une invasion de mouches, la charogne d’une baleine, un grand artiste allemand, une meute de poètes, des bouleaux et des brumes, un paléontologue mystique, un neurobiologie athée, l’ombre d’un entomologiste méridional, des parents terribles, une panthère en cage, des scarabées et quelques orthoptères, un foetus, une momie de cigale, un pyromane imaginaire, et d’autres bijoux minuscules. »

Source : Note de l’éditeur en Quatrième de couverture

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR   

 Patrick Autréaux est médecin urgentiste. Après avoir publié en 2009 aux éditions Gallimard Dans la vallée des larmes, un récit autobiographique où il racontait son combat à 35 ans contre un cancer de mauvais pronostic, après avoir fait paraître un an plus tard un second récit intitulé Soigner,  où il évoquait la longue agonie de son grand-père, il poursuit son exploration du moi malade avec un troisième texte très personnel : Le Dedans des chosesComposé en 2011, alors que l’écrivain se trouve en résidence d’écriture au Muséum de Toulouse, cette nouvelle incursion dans le parcours intime de l’auteur nous propose une plongée exploratoire au coeur de l’être, là où se cachent, par delà les apparences, de puissants secrets qui attendent, comme des trésors au fond de leur boîte, d’être inventoriés.

 Ecrit à la première personne du singulier, largement autobiographique, Le Dedans des choses se présente comme le récit d’un retour sur soi, où le narrateur revisite ses années d’enfance. Fils unique d’un couple qui se déchire sans répit, l’enfant mûrit trop vite, pressé par ses parents de prendre parti dans une lutte, où il déploie de précoces talents de diplomate pour ne pas avoir à choisir son camp. C’est autour de cette mésentente parentale que le récit d’Autréaux se construit de manière concentrique, comme si la menace permanente d’un divorce imminent avait constitué pour l’enfant le noyau dur d’une expérience intime qui allait s’épanouir au fil du temps et déterminer tous ses choix d’adulte.

 Des bords de la Berle près du mas provençal aux rives de la Weser dans la banlieue de Brême, le narrateur rassemble avec une élégante pudeur les morceaux disparates de sa mémoire d’enfant. Atterré de voir dans ces paysages qu’il affectionne des couples qui s’aiment, mais qui pourtant se séparent sans qu’il comprenne pourquoi, il se crée une mythologie personnelle du dedans et du dehors. Le monde a un envers, qu’il ne connaît pas, qu’il maîtrise encore moins, mais pour la découverte duquel il va donner le meilleur de lui-même. Le mystère familial qui le nourrit peut alors orienter ses goûts culturels, favoriser l’éclosion de sa foi et engendrer une vocation littéraire. Jusqu’à ce qu’une révélation finale lève enfin le voile sur la vérité et apaise la douleur fondatrice.

 Dans ce texte sensible, où la poésie semble servir de garde-fou à l’émotion, la thématique de la boîte à trésors enrichit le récit d’enfance d’une métaphore sur la création littéraire. De même que l’enfant serrait toutes ses trouvailles dans une boîte qui leur était spécialement dédiée, le narrateur devenu homme peut consigner dans le livre qu’il écrit tout ce qui a du prix pour lui : cette fêlure personnelle qu’il porte en lui comme un trophée mélancolique, les images fragmentées de ses années d’enfance, le nom de ses maîtres à penser (Léopold Blaschka, maître verrier de Bohême, Albrecht Dürer, peintre, Saint-John Perse, poète, Pierre Teilhard de Chardin, chercheur et philosophe, qui ont tous exploré à leur manière la dualité du monde ), les mots qui lui plaisent et qu’il collectionne comme d’autres conservent pieusement des reliques d’un autre âge. Devenir écrivain, c’est être porté par le même mouvement irrépressible que celui qui pousse un enfant à devenir le gardien de son propre trésor.

Le Dedans des choses est un récit poignant, où l’on voit qu’une révélation peut rendre à elle seule son unité au monde.

Odile d’Harnois

 

3 comments

Répondre Isangeles
12 juin 2016

Toujours autant de plaisir à parcourir votre blog ! Du coup, comme j’ai été nominé dans une sorte truc bizarre (Dragon Loyalty Award), j’en profite pour vous nommer dans la liste de 7 blogs que j’aime fréquenter 🙂
Merci encore pour toutes les découvertes.

Répondre lecturesaucoeur
13 juin 2016

Toutes mes félicitations, Isangeles, pour cet award !!!
Et un grand merci à vous d’avoir pensé à Lectures à coeur pour cette sélection. J’en suis très touchée 🙂

Répondre Caroline D
10 juin 2016

Je garderai cette chronique très proche. Pour y revenir. Et j’achèterai sans doute ce livre. Merci Odile.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :