L’ABSENCE : L’épaisseur du manque

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 9 décembre 2016

♥️♥️♥️

 

 

Entre Art et Poésie

Anna Boulanger

Paru en novembre 2016 aux éditions Le Tripode, 32 pages

*

labsence

Anna Boulanger, l’absence © Le Tripode Éditions, 2016

*

SI VOUS AIMEZ le dessin et la poésie, si vous aimez les images qui cherchent à traduire l’ineffable, si vous aimez le pointillisme quand il révèle l’émotion,  alors vous aimerez sans doute l’absence d’Anna Boulanger.

*

renard_anna_boulanger

© Anna Boulanger

*

LE RÉSUMÉ

L’Absence est un livre qui se situe entre art et poésie. Avec une série de treize diptyques de paysages extérieurs et intérieurs, accompagnée d’un bref texte, Anna Boulanger nous immerge dans un monde confronté à l’absence, à la disparition. De page en page, elle tente de donner à cette absence un contour, de suivre son évolution, son installation. Même si on ne s’habitue jamais à l’absence, qu’on ne la comprend jamais vraiment.

Source : Le Tripode Éditions

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR  ♥️♥️♥️

Dessinatrice et sérigraphe, l’artiste rennaise Anna Boulanger a publié aux éditions Le Tripode, en novembre 2016, un album délicat  intitulé l’absence. Au croisement du mot et de l’image, la poétesse déroule une série de treize diptyques éclairés par un subtil faisceau de mots qui d’entrée de jeu, personnifient l’absence, lui accordent du poids, l’inscrivent dans le mouvement et la matière, l’étoffent, la circonscrivent, la diluent dans la lumière ou la fondent dans le son, la pistent à la maison ou la débusquent dehors, sur les chemins. Paradoxalement, à l’intérieur comme à l’extérieur, cette présence en creux ne tarde pas à envahir l’espace. Le dessin  minutieux d’Anna Boulanger qui modernise ici la technique du pointillisme donne en effet de l’épaisseur au manque. Dans la demeure vide, où le lecteur déambule de pièce en pièce, l’absence avive les papiers peints, les nappes imprimées et les longues rangées silencieuses de livres dans la bibliothèque. Grâce à une palette de couleurs où le jaune en dynamisant le noir et le blanc symbolise la chaleur perdue du foyer, le décor de la maison déserte gagne partout en intensité. Même l’air semble s’épaissir dans les jeux solennels que l’ombre et la lumière inventent sur les parquets muets. Commencée dans l’obscurité sous de lourds nuages, cette  lecture sensible de l’expérience universelle de l’absence s’achève dans une chambre claire, près d’un miroir voilé de blanc qui suggère le deuil. Parallèlement aux scènes d’intérieur qui témoignent de la déchirure intime, les paysages extérieurs rendent compte du cheminement personnel auquel il faut se soumettre avant d’accepter la disparition. Le poids du ciel qui paraît écraser les sous-bois exprime la phase initiale du chagrin. Puis le temps passe, les saisons se succèdent, l’hiver et ses arbres décharnés laissent bientôt place au printemps et aux fourmillements de la lumière et de la sève. La vie continue, l’horizon se dégage dans des paysages plus clairs, où un sentier timide, à peine esquissé, s’ouvre vers l’avenir jusqu’à ce qu’enfin, le blanc des linges dans la chambre vide du défunt résonne comme un chant pur, une manière de délivrance. Dans ce petit livre où rien n’est laissé au hasard, où chaque détail est mesuré, quelques apparitions tendres viennent adoucir les différentes étapes de ce chemin de croix intime. Ce sont des oreilles de lapin ici, une tête de chat dans l’embrasure d’une porte, une tache de soleil qui danse au sol comme un voilier, une ombre doucement tapie sous le lit. Belle évocation, discrète et tendre, du travail de deuil, l’absence est un livre à partager ou à offrir, comme une promesse d’apaisement.

À découvrir, dans le calme ou la tempête.

O.d’Harnois 

 

—————

Pour en savoir plus

.

❖  Anna Boulanger est une artiste rennaise, dessinatrice et sérigraphe : Entretien avec Thibault Boixiere (Unidivers)

.

❖ Le site des éditions Le Tripode : Le Tripode

.

❖ l’absence : Une vidéo de présentation

.

❖ Anna Boulanger sur France Culture : Les absents (4/5) : Paysages avec figures absentes

4 comments

Répondre gaia
11 décembre 2016

Merci pour le partage Odile, J’ai été voir la vidéo de présentation et tu as si bien décris la consistance de l’absence, que cela a sublimé les images. Merci et bonne fin de week-end !

Répondre lecturesaucoeur
15 décembre 2016

Je suis heureuse que le livre d’Anna Boulanger vous ait intéressée, Nadia 🙂
Merci d’être passée par chez moi et très belle soirée !
Amitiés

Répondre Denise
10 décembre 2016

Bonjour Odile, c’est avec grand plaisir que j’ai lu votre billet sur l’artiste Anne Boulanger. J’aime beaucoup la première photo qui est une invitation à entrer dans le livre, le récit. J’ai écouter également cette personne par la vidéo et je trouve que c’est une oeuvre magnifique, mots et dessins en harmonie.
Merci Odile pour votre avis. Je pense que je lirais « l’absence » dans le calme après les fêtes.
Douce soirée avec mes amitiés.

Répondre lecturesaucoeur
15 décembre 2016

Oui, Denise, le livre se lit agréablement dans le calme. On peut aussi envisager de le découvrir dans les tempêtes de la vie, quand la disparition d’un être cher vient tout à coup bousculer nos repères…
Je vous souhaite une excellente soirée, chère Denise et vous envoie toutes mes amitiés.

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[ + ]
%d blogueurs aiment cette page :