JULES, ETC. : Une saga généreuse et pittoresque

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 19 novembre 2015

 

.Roman

Michel Rostain

Paru en août 2015 aux éditions Kero, 270 pages

*

Visuel2_jules_etc

Michel Rostain, Jules,etc. © Editions Kero, Collection Roman, 2015

*

.

.

.

SI VOUS AIMEZ les arènes de Nîmes, les olives à la picholine et le mistral, si vous aimez le piano ou la corrida, si vous aimez les romans qui pointent les pièges de la transmission familiale, alors vous aimerez sans doute Jules, etc., le nouveau roman de Michel Rostain.

.

.

.

*

Photo_michel_Rostain

Photo Michel Rostain

Images may be subject to copyright

*

.

.

.

RÉSUMÉ

« D’un geste précis du bras droit, le torero de quatre-vingts ans resserre ensuite son tempo. Il ramène l’étoffe contre lui et l’arrête net. Le taureau fait un brusque demi-tour. Il s’immobilise à deux mètres. L’aveugle toise l’animal qu’il ne voit pas, les yeux dans les yeux. Puis il se tourne vers moi, sa foule conquise d’avance. La veste en chiffon traîne à terre au bout de son bras droit. Il oublie le fauve dans son dos et s’éloigne à pas lents.
Il est magnifique, mon grand-père. À l’instant, je vous assure que c’est vrai, un taureau vient de s’engouffrer dans les plis de cette cape rose et jaune qui n’existe pas. L’aveugle a vu, absolument vu l’animal. Il l’a aspiré dans les spirales de son veston devenu percale écarlate et il a détourné sa charge. Même moi, je me suis écarté au passage de la bête invisible.
J’apprends à rêver le monde »

Source : Éditions Kero 

.

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR               

À l’ombre tutélaire de son amphithéâtre romain, Nîmes n’en finit pas de palpiter au rythme de la feria et de ses jeux taurins. L’écrivain français Michel Rostain plante le décor de son nouveau roman, Jules etc., dans cette région du sud de la France, où la passion tauromachique, à la manière contagieuse des virus, se transmet de génération en génération. Il aura ainsi suffi d’un petit taureau de bronze offert en 1835 à Jules, 10 ans, par sa première amoureuse pour que toute une famille, sur près de deux siècles, se débatte vaille que vaille avec la même fascination pour la corrida. Mais derrière le tableau familial qu’il brosse avec beaucoup de tendresse, Michel Rostain s’attache surtout à décomposer les mécanismes complexes de la transmission. Au travers de cette saga pittoresque, où l’auteur montre un vrai talent de conteur, se joue la grande aventure d’un destin familial. Entre mensonges et non-dits, les secrets de famille creusent le lit torrentueux des passions, des phobies, des tragédies qui naissent, se propagent et se perpétuent avec une régularité d’horloger. Des mystères d’une passion adultère à l’amour de la musique, de l’énigme d’une mort brutale à la naissance d’une idylle, les mêmes scénarios douloureux se répètent avec l’insistance des histoires inachevées. La vie, la mort, dans le même face à face tendu et fascinant qui oppose le toréador au taureau, se mesurent en chacun à la faveur d’un délicat jeu d’équilibriste. Porté par le sentiment ou l’émotion fondatrice, l’héritage familial qui s’impose comme un devoir de mémoire envers une figure marquante des années d’enfance contribue à façonner les individus, à les marquer au fer rouge de son empreinte indélébile jusqu’à parfois les détruire. Entre allégresse et gravité, Michel Rostain nous livre ainsi un récit qui, sous le couvert d’une fausse légèreté, pointe les pièges invisibles de l’inconscient familial et transgénérationnel. Construit avec un sens achevé de l’ellipse, écrit dans une langue claire, Jules etc. se lit sans difficulté et invite en douceur à la réflexion.

Odile d’Harnois

.

.

 .


.


 Pour en savoir plus


 .

.

.

❖ Les éditions Kero : Le site

.

.

 

0 comments

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :