COMME NEIGE : Une enquête borgésienne autour d’un livre fantôme

In: Les notes de lecture d'Odile

On: 10 mars 2016

 

Roman

Colombe Boncenne

Paru en janvier 2016 aux éditions Buchet Chastel, Collection Qui Vive, 120 pages

*

Visuel_Comme_neige_Colombe_Boncenne 3

Colombe Boncenne, Comme neige © Éditions Buchet Chastel, Collection Qui Vive, 2016

*

.

.

.

SI VOUS AIMEZ le monde littéraire, ses mystères, ses paradoxessi vous aimez la fraîcheur des premiers romans, si vous aimez les écrivains malicieux qui  jouent à saute-mouton sur la délicate frontière entre fiction et réalité, alors vous aimerez sans doute Comme neige de Colombe Boncenne.

.

.

.

*

Photo_colombe_boncenne 2

Photo Colombe Boncenne
Images may be subject to copyright  

*

.

.

.

RÉSUMÉ

« Je vis la pile d’ouvrages sur mon bureau, tous les romans d’Émilien Petit réunis là. Je m’adressai à l’auteur, l’appelant par son prénom, comme si c’était un vieil ami : ’Émilien, cher Émilien, Neige noire, qu’en as-tu fait ?’. »

À la maison de la presse de Crux-la-Ville, Constantin Caillaud découvre par hasard Neige noire, un roman d’Émilien Petit dont il croit pourtant avoir tout lu. Excellente trouvaille, elle va lui donner l’occasion rêvée de recontacter Hélène, sa maîtresse évanescente qui lui a fait aimer cet auteur. Mais au moment de la revoir pour lui confier le livre-sésame, il ne parvient plus à le retrouver. Il cherche alors sur Internet : aucune trace. S’adresse à l’éditeur : le titre n’a jamais figuré au catalogue. Qu’à cela ne tienne, Constantin écrit à Émilien Petit et à ses amis écrivains : tous nient l’existence de Neige noire. 

Un jeu malicieux entre fiction et réalité qui peut donner le vertige.

Source : Éditions Buchet Chastel

.

.

.

L’AVIS DE LECTURES AU COEUR    

Comme la neige au soleil, la littérature est appelée à se fondre, à sombrer peu à peu dans l’oubli et à disparaître pour ne plus laisser place qu’à la virginité de la page. C’est autour de cette idée que Colombe Boncenne construit avec beaucoup d’habileté Comme neige, son tout premier roman. La jeune Française qui connaît toutes les ficelles du monde de l’édition nous livre avec un enthousiasme palpable une enquête borgésienne, où le vrai et le faux s’entremêlent dans un savoureux imbroglio. Elle convoque ainsi aux côtés d’Émilien Petit, un auteur fictif, quelques figures réputées du panorama littéraire d’aujourd’hui : Olivier Rolin, Jean-Philippe Toussaint, Antoine Volodine, qui acceptent tous trois de se prêter à son jeu vertigineux en insérant dans son texte, tour à tour, mais avec la même espièglerie, une réelle contribution épistolière. Pour la romancière qui marche sans complexe sur les traces de l’écrivain argentin Jorge Luis Borges, Constantin Caillaud est le fil d’Ariane qui doit perdre savamment le lecteur dans le dédale du texte. Parti à la recherche d’un livre fantôme qui cristallise l’illusion littéraire et qui pourrait bien raconter sa propre histoire, le héros de cette étrange histoire n’est peut-être pas le modeste comptable qu’il prétend être. Dans un récit truffé de propositions trompeuses sur l’identité des personnages, Colombe Boncenne manipule le lecteur de main de maître. Au passage, elle égratigne de bon coeur, mais sans vraie méchanceté, l’univers marginal et secret des hommes de lettres. Mais l’effort de construction de cette intrigue tirée au cordeau assèche si bien la veine sensible du texte que les personnages s’y débattent comme des  figurines de papier sans épaisseur. Malgré un indéniable sens de l’humour  et une volonté évidente d’ancrer son histoire dans la modernité de l’époque par le biais notamment de nombreux clins d’oeil à la révolution numérique, Comme neige se présente comme un bel exercice de style qui manque peut-être encore un peu d’étoffe. 

Prometteur.

Odile d’Harnois

.

.

.

 


 Pour en savoir plus


.

.

.

 

❖ Éditions Buchet Chastel : Le site

 

 

2 comments

Répondre Cat
10 mars 2016

Tu parles de malice et la première chose que je remarque dans le visage de Colombe, ses yeux malicieux;-)… Bonne soirée

Répondre lecturesaucoeur
12 mars 2016

Mais oui, c’est vrai, il y a de la malice dans les yeux de Colombe !
Beau week-end 🙂

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :