6.4.X : La chambre où j’ai langui

In: 6.4.X - Une mécanique de l'espoir

On: 27 juillet 2017

La chambre où © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

.

.

La chambre où j’ai langui …

.

.

La chambre où j’ai langui solitaire                         

s’est ouverte                                                                

aux grandes rumeurs qui montent du texte

.

j’écoute palpiter dans mon sein                              

le chant secret des étoiles                                         

et le sens                                                                      

qui entrechoque les trous noirs et les planètes

.

souvent j’ai cru mourir happée par le silence       

alors blottie contre les goudrons bleus du ciel     

j’ai acculé le corps à la lumière

.

mais tandis que ma peau se parchemine               

et que l’heure vient d’expulser le verbe                  

la nuit s’épuise encore à disparaître

.

sous la lune                                                                    

les fauvettes assoupies se sont tues

.

——————————————

Odile d’Harnois – La chambre où j’ai langui … in 6.4.X – Une mécanique de l’espoir (2017)

 

.

..

 Photographie © Odile d'Harnois

.

.

—————

Pour en savoir plus

.

.

❖ 6.4.X – Une mécanique de l’espoir 

est le projet poétique que vous pourrez suivre cette année sur Lectures au Coeur. Jusqu’au 31 décembre 2017, vous pourrez ainsi découvrir, chaque jeudi, un nouveau texte qui viendra ajouter sa pierre à la construction du recueil. Chaque poème sera illustré d’une ou de plusieurs photographies. 

.

.

 ❖ D’autres photos sont à découvrir sur le compte lecturesaucoeur d’Instagram

.

.

❖ Si vous n’avez pas de compte Instagram, vous pouvez tout de même suivre en live sur ce blog les publications photographiques de Lectures au Coeur

Au bas de chaque page du blog, un bandeau photographique récapitule en effet au jour le jour les dernières publications photo de Lectures au Coeur sur Instagram

.

.

 ❖ D’autres poèmes rassemblés sous le titre Libres Cadences peuvent être lus également sur Lectures au Coeur

Suggestions : 

La naissance de la lumière

À l’orle du temps …

 

.

.

.

2 comments

Répondre Caroline D
31 juillet 2017

j’avais lu vendredi
et m’aperçois ce matin
que j’avais retenu, presque par coeur
la phrase de la nuit qui s’épuise à disparaître…
merci pour ce chant, Odile
cette rumeur humaine,
et les fauvettes assoupies au matin…

Répondre malyloup
27 juillet 2017

oh que tes mots s’harmonisent bien avec ta photo! j’adore!

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :