6.4.X : Comme un livre

In: 6.4.X - Une mécanique de l'espoir

On: 24 août 2017

Comme un livre © Odile d'Harnois

 

 

 

 

 

 

.

 

Comme un livre

.

Contenu orchestré sous la peau

comme un livre

tu observes au miroir

les lignes souples d’un contenant

dont tu ne voudrais plus être

l’obligé

.

tu t’évades

mot à mot sur les courants sucrés

de tes ciels imaginaires

.

mais le derme limite infranchissable 

patiemment te borde

te veille te construit et t’arrime

sur les ponts incertains du réel

.

pareil au texte le corps te bride

entre le commencement et la fin 

échappe-t-on jamais à la chronologie

d’un tissu littéraire si intime

——————————————

Odile d’Harnois – Comme un livre in 6.4.X – Une mécanique de l’espoir (2017)

 

 

 

..

 Photographie © Odile d'Harnois

.

.

.

—————

Pour en savoir plus

.

.

❖ 6.4.X – Une mécanique de l’espoir 

est le projet poétique que vous pourrez suivre cette année sur Lectures au Coeur. Jusqu’au 31 décembre 2017, vous pourrez ainsi découvrir, chaque jeudi, un nouveau texte qui viendra ajouter sa pierre à la construction du recueil. Chaque poème sera illustré d’une ou de plusieurs photographies. 

.

❖ Portfolio : Rerum Anima

.

 ❖ D’autres photos sont à découvrir sur le compte lecturesaucoeur d’Instagram

.

.

❖ Si vous n’avez pas de compte Instagram, vous pouvez tout de même suivre en live sur ce blog les publications photographiques de Lectures au Coeur

Au bas de chaque page du blog, un bandeau photographique récapitule en effet au jour le jour les dernières publications photo de Lectures au Coeur sur Instagram

.

.

 ❖ D’autres poèmes rassemblés sous le titre Libres Cadences peuvent être lus également sur Lectures au Coeur

Suggestions : 

– La naissance de la lumière

– À l’orle du temps …

.

2 comments

Répondre Pierrette
29 août 2017

J’aime cette photo où le plaisir de toucher et d’humer un livre ajoute encore au plaisir de la lecture !
Excellente semaine Odile

Répondre Caroline D
26 août 2017

Oui, le corps qui bride. Et le temps qui définit.
Et puis le derme, patient.
Et autant d’incertitude.
Merci, Odile.
Pour la douceur. Et le sensible en partage.

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :